Bilan de l’année magique

 

Dans moins de 12 heures, j’aurai 23 ans. Encore une autre année dans ma petite vie. Mais cette année était mon année  »magique », j’avais 22 ans le 22 août. Je m’étais fixée comme but de faire de cette année une année plus spéciale, productive et important que les autres. Un peu nono? Oui, je suis d’accord. Mais je crois à des drôles de trucs, alors c’est pas si surprenant que je crois qu’il y avait vraiment quelque chose de différent de cette année.

À chaque année à ma fête depuis mes 19 ans, j’ai un moment de petite crise d’angoisse, et parfois quelques larmes. J’ai peur de vieillir (Ça va pas bien, attend voir quand j’en aurai 30 la crise). J’ai peur de ne pas avoir assez accompli, de manquer de temps, de ne pas être où je voudrais en être rendue à mon âge… Ça peut sembler totalement irrationnel comme peur considérant justement ma vie et mes accomplissements à mon âge (ok oui, c’est tout à fait ridicule), mais c’est pas des farces, j’ai peur.

Alors aujourd’hui je voulais faire un bilan de mes 22 ans, question que demain, j’accepterai peut-être plus facilement que je vieillis d’un an. Si je monte une petite lise, ça ressemble pas mal à ça:

(Ah oui en passant, je m’apprête à avoir l’air de bragger sur ce que je fais… tant pis!)

– J’ai eu trois diplômes d’études, soit deux en organisation d’événements et un en démarrage d’entreprise. Pour une fille qui ne voulais plus jamais retourner aux études, c’est pas pire.

– J’ai eu mon premier emploi à temps plein en événementiel, comme coordinnatrice au Mondial de la bière.

– J’ai fait mon premier roadtrip, approximativement 26 heures de route total, avec l’aide de ma douce Amélie bien sûr, qui a fait sa première expérience de conduite sur autoroute comme une pro!

– J’ai revu Halifax, où j’ai grandi. J’ai revu le port, Peggy’s Cove et bien sûr ma maison. C’était quelque chose que je voulais faire depuis des années et j’ai enfin eue la chance d’y retourner.

– J’ai créé, avec l’équipe de mes collègues de classe de Zoom Académie, l’événement Memoria pour La Société d’Alzheimer Montréal. C’est officiellement mon plus gros événement à vie (bon, on compte pas les festivals, je parles vraiment de spectacle) et ce fut un succès.

– J’ai eue mon premier contrat événementiel outre-mer (bon, c’était en octobre mais je le compte comme pendant mes 22 ans, juste pour le fun!) comme coordonnatrice de l’espace conférence à Strasbourg, Europe.

– Je me suis développée en tant que travailleuse autonome, j’ai enfin commencée les démarches pour partir mon entreprise en organisation d’événements. Je suis aujourd’hui capable de vivre sur un horaire contractuel sans avoir peur de la fin du mois, car ça me réussit très bien.

– J’ai fait des efforts (l’histoire dit pas que ça a été concluant) pour renouer avec mon père. En tant qu’adulte, je ne veux pas traîner de la peine et rancune pleine de poussière, je n’ai pas la place dans mon coeur ni dans mon cerveau.

– J’ai développé un concept pour une cause qui me tient à coeur, c’est encore en développement et je promets que vous aurez les détails sous peu, mais simplement dire que quand tu va présenter un projet à une personne que tu tiens en admiration, et qu’elle devient aussi allumée et motivée par l’idée, c’est vraiment un feeling de fou!

Il y a aussi plein de petits trucs plus personnels que je sais en dedans de moi. Des trucs que je n’ai pas besoin d’écrire mais dont je peux être fière. Mes 22 ans m’ont fait grandir. Je pense que le fait que j’ai autant avancé cette année m’en a beaucoup appris sur moi.

Demain j’aurai 23 ans. Après avoir fait ce petit bilan, je pense que je suis prête à accueillir ce nouveau chiffre avec moins de peur, mais plus comme un défi, une opportunité.

T’as vu s’que j’ai fait avec 365 jours, check moé ben aller avec une vie!

Publicités

Des imbéciles creep dans le métro 2

C’est à croire que tous les dérangés de Montréal se ramassent dans le métro de Montréal… dans MON wagon! J’ai déjà un post à propos de trois imbéciles, voici un nouvel ami qui gagne sa place dans mon palmarès de ceep de métro!

On l’entend un peu mal sur la vidéo, alors je vous fais une petite mise en contexte:

J’étais tranquillement assise à lire (d’où le coin de livre dans le vidéo) quand tout à coup POW POW POW BRRA BRRA BRRRRRRAA!!  Je fais une petite crise cardiaque (surtout que c’était 2 jours après la tuerie de la première de Batman) à entendre des coups de feu dans le métro. Je lève les yeux… et vois ce beau spécimen de piment.

Le gars, à l’aide de son cellulaire, fait jouer des effets sonores de coups de feu de différents calibres. Allant du glock (aucune joke de Roi Heenok n’est permise ici) à la mitraillette, il les fait jouer un par un à pleine tête dans le wagon, accompagnant chaque bruit d’un signe de tête approbateur. Le vidéo est un petit segment, car il l’a fait pendant 5 stations. Il y avait un IMMENSE malaise dans le wagon, personne ne bougeais, personne ne parlais… les gens changeaient même de wagon aux stations.

Entre les stations Atwater et Lionel-Goulx, il s’est finalement levé pour sortir. À l’aide de son cellulaire qui faisait encore les foutus bruits de mitraillettes, il s’est mis à le tenir à bout de bras et à viser des gens dans le wagon ou à tourner sur lui-même, le bras tendu, faisant comme si il tirait à la ronde.

Si un jour, vous vous demandez comment causer le plus gros froid au monde dans un métro, voici une excellent méthode. Sérieusement, qu’est-ce qui se passe dans la tête de certaines personnes????

Encore un et c’est fini, j’achète une auto!

J’ai des gros seins

Maintenant que j’ai votre attention, on va discuter d’un sujet qui m,a l’air, ma foi, fort intriguant pour plusieur d’entre vous: ma poitrine.

J’AI DES GROS SEINS

C’est pas nouveau, je les ai depuis que j’ai environ 10 ans. Je compte aussi les garder jusqu’à ce que mort s’ensuive. Je vis avec tous les jours, je les lave, je les habille, je les trimballe…  Alors est-ce qu’on peut m’expliquer pourquoi certaines personnes prennent encore la peine de me dire  »eh, t’as des gros seins! »… Ça a à peu près autant d’impact que de me faire dire que j’ai des pieds, JE SUIS AU COURANT!

Les gros seins attirent aussi les questions bizarres:

Tu portes quelle grandeur de brassière? Tu comptes m’acheter un soutien-gorge? Non? Eh bien veux-tu bien me dire à quoi ça va te servir de savoir si je porte du B ou du DD? Cette question est souvent suivie par une phrase du genre  »Ah, parce que je connais une fille elle, elle a du DD et sont pas aussi gros… ». Alors cette fille, probablement une amie, a comme trait distinctif sa taille de soutif? Meh…

C’est tu lourd?  D’après toi, mon p’tit piment! des seins c’est fait de graisses, de nerfs et d’autres trucs qui sont dans la peau. si ce n’était pas lourd, on aurait pas des soutiens-gorges pour les soutenir.

J’peux-tu y toucher? Si tu tiens pas tant que ça à tes dents, je t’invite à tendre le bras et en prendre une bonne poignée. Sinon, garde tes mains dans tes poches.

C’est tu encombrant? Encombrant pour quoi au juste? La seule chose que je peux pas faire, c’est de croiser mes bras sur ma poitrine. D’autres questions épaisses? 

Le fait d’avoir des gros seins apparamment envoie comme message qu’on aime en parler. Honnêtement, c’est pas un sujet très intéressant, on a jamais rien à dire d’intelligent là-dessus et on a bien vite fait le tour. Alors m’informer, comme ça out-of-the-blue, vos préférences de tailles de seins, les seins que vous avez déjà vus qui sont plus petits ou plus gros, n’importequoi qui regarde mes propres seins… Ce serais-tu dequoi, dont je me caliss, d’après toi? (merci François Pérusse)

Et une petite note rapide pour les dames qui dédaignent le fait que j’ai des gros seins:  Ta geule, c’est de la jalousie, tout le monde le sait.

Mais bon, mes seins moi je les aime. Je les porte fièrement… car je peux pas vraiment faire autrement en fait. Tu peux regarder, du coin de l’oeil, d’un regard furtif… mais à moins que je sois nue à quatre pattes devant toi en criant  »AWEILLE BEUBÉ FAIS MOI MAL », garde-toi une petite gène dans ta contemplation. J’veux dire, prend une photo-mémoire et use de ton imagination dans la douche tantôt. Si tu fixes, même si t’es un inconnu au milieu du métro, tu peux être CERTAIN que si tu décroches pas de ton staring contest avec mes mammelons (en passant, j’vais gagner, un mammelon ça cligne pas) après 10 secondes (et je compte), je vais te laisser savoir, à voix haute et d’une manière qui va te faire sortir et attendre le prochain métro, que c’est pas très poli ce que tu fais. Et anyways en partant, ta maman est sensé t’avoir dit que c’est pas poli!

Alors mes seins et moi, on retourne à nos occupations, et on vous dit bonne journée 🙂

(maintenant qu’on a fait le tour du sujet, on peux-tu en revenir?)